Aidez maintenant!
Faites un don.

Faits et chiffres: Afrique du Sud – faits et chiffres

L’Afrique du Sud, pays du cap de Bonne-Espérance, compte une population de 58 millions d’habitants dont 28,5% – soit 16.5 millions – sont des enfants entre 0 et 15 ans. La moyenne d’âge est de 25 ans. 79% de la population est originaire d’Afrique noire, 9,6% sont des Blancs, les 11,4% restant sont métis ou d’origine indienne ou asiatique. L’Afrique du Sud entoure entièrement le Lesotho et a pour frontières au nord la Namibie, le Botswana et le Zimbabwe, et à l’est le Swaziland et le Mozambique.

11 langues officielles sont parlées à travers les neuf provinces du pays. 9 langues bantoues auxquelles viennent s’ajouter l’afrikaans et l’anglais. La diversité linguistique se reflète dans les différentes cultures des tribus zoulou, xhosa, sotho, swati ou ndebele.

Histoire et société

Après la colonisation par les Boers néerlandais au 17e siècle, les premières structures d’envergure de l’Apartheid se mettent en place au 20e siècle sous la politique coloniale britannique. La ségrégation entre les Noirs et les Blancs, la mise sous tutelle politique des Noirs et son abandon à partir de 1994 ont marqué durablement l’état multiethnique jusqu’à nos jours et ont engendré une société civile traumatisée et une culture de la défensive qui a stimulé les activistes de la TAC (Treatment Action Campaign fondée en 1998), la plus grande organisation engagée dans la lutte contre le sida, et la plus efficace.

VIH/sida

19% des personnes atteintes par le virus du sida dans le monde vivent en Afrique du Sud. Le pays du Cap de Bonne Espérance enregistre 15% des nouvelles infections dans le monde et 11% de tous les décès dus au sida. Ces chiffres sont encore plus frappants lorsqu’on pense que l’Afrique du Sud et ses 58 millions d’habitants ne représente que 0,75% de la population mondiale.

La prévalence nationale est de 18,9% – un des taux les plus élevés au monde. La prévalence chez les femmes entre 15 et 49 ans, particulièrement touchées, est de 23.8%. À cela s’ajoutent 1,9 à 2,4 millions d’orphelins du sida. Ces chiffres se reflètent dans l’espérance moyenne de vie qui est d’à peine 50 ans (source : étude de l’US Census Bureau, National Institute of Ageing). Un facteur particulièrement tragique a fortement influencé le développement de la pandémie du sida : sous la présidence de Thabo Mbeki les négationnistes du sida ont occupé des postes de 1999 à 2008 dans des commissions nationales d’experts influentes au sein d’Aids Advisory Panel. Ils mettaient en doute l’efficacité des médicaments ARV et préconisaient l’ail comme traitement hautement efficace contre le sida.

Culture de la violence

La violence sexuelle contre les femmes, habituelle en Afrique du Sud, contribue également à la propagation du sida : selon une étude du South African Medical Research Council de juin 2009, 4 hommes sur 10 déclarent avoir fait usage ou faire usage de violence physique contre leur partenaire. Et plus de 25% des hommes interrogés indiquent avoir violé une ou plusieurs femmes dans leur vie (source : R. Jewker, understanding men’s health and use of violence, interface of rape and HIV in South Africa).

Économie et éducation

L’Afrique du sud, avec ses gisements importants de matières premières (terres rares, or, diamants, charbon entre autres), n’est pas en soi un pays pauvre. C’est le plus grand producteur mondial de platine, d’or et de chrome. Cependant à l’intérieur du pays, il existe une incroyable disparité de richesse et d’éducation. 50% de la population vit dans la plus extrême pauvreté, dans des bidonvilles ou des régions rurales isolées. Le taux actuel de chômage s’élève à 48,2% et 5,4% seulement du produit national brut est destiné à l’éducation.